Comme tant d’autres, l’écriture n’a pas toujours été ma muse, il y eut l’aventure, l’Amérique du Sud, il y eut les virées entre copains. Mais la trentaine arrivant, j’ai senti une vocation monter en moi.

Il a suffi d’un événement, les velléités indépendantistes des Catalans pour mettre le feu aux poudres. A quand le Cantal pour les Cantalou putains ! Sans savoir où cela me mènerait, j’ai écrit un article sur le sujet. Ne voulant pas me montrer arrogant et cherchant une approche originale, j’ai enrobé mon propos d’anticipation en me glissant dans la peau d’un journaliste se rendant en République libre de Catalogne pour interroger les perdants de l’Indépendance. Certes, il y avait quelques lourdeurs, des formules un peu fastoches mais j’en étais sacrément fier de mon texte.

De là, j’ai écrit une autre histoire, dans un Venezuela sombrant aux mains des néolibéraux. Avec du recul, ce texte n’était pas bon, trop pamphlétaire pour toucher juste. Mais il m’a servi à mesurer le chemin à parcourir.

La troisième histoire fut la bonne, celle de ce bon vieux Dennis Rodman, pardon Rodman De-nis au royaume des Kim. J’avais trouvé mon concept, celui d’un recueil de nouvelles d’anticipation géopolitique teinté de révolte et d’insoumission.

Voilà, vous savez tout, allez, presque tout, sur la genèse de Terres impromises. Cela épicera peut-être votre lecture.

Pour télécharger gratuitement le livre en PDF: